Les Français et le vin : bientôt l’abstinence ?

site cercle Septembre

La consommation de vin en France ne cesse de baisser.

C’est ce que confirme la dernière enquête quinquennale présentée par FranceAgriMer1.
Depuis 1980, les consommateurs réguliers sont passés de 51% de la population à 16% en 2015. Sur la même période, les non consommateurs sont toujours plus nombreux, respectivement 19% et 33%.

 

artfichier_288208_1085450_201207261459629

 

 

 

Fait marquant, les occasionnels représentent aujourd’hui 51% des français contre 30% en 1980 avec une nette augmentation de 6% entre 2010 et 2015. Une accélération qui se produit au détriment des non consommateurs.

On observe les mêmes phénomènes quel que soit le sexe. Ainsi, en 1980, 80% des hommes et 37% des femmes buvaient du vin tous les jours, en 2015, ils ne sont plus respectivement que 23% et 11%. Les femmes représentent 50% des consommateurs occasionnels et les hommes 52%.

Les non-consommateurs en baisse, la consommation globale aussi

Le remplacement des consommateurs réguliers par les occasionnels engendre mécaniquement une baisse des quantités de vin vendues.

Passant de 43 millions d’hectolitres en 1980, soit 80 litres par an et par personne, à 27,2 millions, soit 42 litres par an et par personne.

Alors que de nouveaux pays consommateurs émergent, tels que la Belgique, l’Argentine, les États-Unis ou encore la Chine et surtout le Japon, la tendance ne semble pas prête de s’inverser en France.

évolution de la consommation de vin en France entre 1960 et 2015

Des femmes et des jeunes qui boivent du vin… sans s’en rendre compte!

Il semblerait bien que les femmes et les jeunes, de 25 à 34 ans surtout, retrouvent le goût du vin. En effet, si ces populations sont les plus nombreuses à déclarer ne jamais en consommer, en réalité, 33% des personnes interrogées l’affirmant en consomment tout de même de temps en temps:

« Elles ne s’en souviennent tout simplement pas et, pour elles, les vins effervescents ne sont pas du vin! », s’étonne Caroline Blot, chef de l’unité cultures et filières spécialisées de FranceAgriMer.

Pris en dehors des repas, à l’apéritif ou en cocktails, le vin n’est plus identifié comme tel!

mais voyons !